Cahier Canada

Contes récités à EXPO DE CASIER.

http://expodecasier.com/

----------------------------------------

CAHIER ROSE

(Avant-propos)

L'annonce du présent événement est erronée. Je crois maintenant avoir résolu l'énigme de l'origine des cahiers canada. Il s'avère probable que ceux-ci aient été dérobés au directeur des programmes de premier cycle en arts visuels et médiatiques. En l'occurrence, j'ai quelques raisons de croire (une exposition à la Galerie de l’UQÀM entre autres choses) que Michael Blum a été lui-même influencé par la présence des-dits cahiers dans son nouveau bureau. Le cahier canada étant un des plus redoutable instrument de propagande du fédéralisme néo-colonial, certains prétendent qu'il s'agirait d'un leurre destiné à confondre les agents conservateurs dans une éventuelle mise à l'index des ouvrages patrimoniaux québécois. Ici donc, nous aurions affaire, comme l'indique la première page, à un recueil folklorique de «l'Université du Peuple à Montréal». À ce titre, j'aimerais vous informer que le contenu qui suit n'engage que ses auteurs qui qu'ils soient. Ma tâche ce soir se limitera à la divulgation de quelques pages du cahier rose. Vous aurez la chance de consulter les cahiers de façon autonome par la suite. Je ne suis pas responsable des paper-cuts.

(Histoires d'ÉAVM)

Le cyclindre «Kill your mécène», aussi connu sous la dénomination « tombeau des fortunés » et un monument à la gloire de la révolte prolétarienne étudiante. Preuve objective de la méfiance uqamienne envers la philanthropie, l'oeuvre rappelle nos aspirations à la « gratuité pour tout, pour toutes et pour tous ». Plus qu'une anodine sculpture kaki, l'enceinte confine sous pression le rire distinctif et sempiternel de Robert Saucier. Bombe effective donc, l'onde de choc sonore d'une de ses déflagrations aurait raison du DHC/art. L'arme létal est conservé à proximité du remonte charge afin d'être prêt à toute éventualité dans la GGI de 2015.

Les ronds jaunes apposés aux abreuvoirs par un jeune artiste engagé ont été l'objet d'une investigation par une firme externe. L'étude neuro-sémiotique, menée par une équipe interdisciplinaire en recherche-création, a enregistré l'activité cérébrale de participants alors qu'ils se désaltéraient. Conclusion: les aires gustatives répondent à ce stimuli visuel. Il s'agirait là d'un effet synesthésique inattendu, un effet artistique secondaire. Effectivement, les sujets auraient perçu deux goûts bien distincts en buvant l'eau pourtant incipide: le citron et l'urine. Les résultats de l'étude ne nous informe toutefois pas sur le facteur d'erreur reliée la proximité des abreuvoirs avec les toilettes.

Un soir tranquille dans l'atelier de moulage. Une sortie sur le toit, un projecteur sous le bras. Des nuages apparus aux trottoirs des passants. Le ciel est désormais enfermé. Les fenêtres du cinquième ont été vissées.

Le laboratoire de photographie devra fermer dû à la prolifération d'une culture de champignon.

Le jour où j'ai passé la nuit dans l'UQÀM, au moins je savais que je pouvais fuir sans me faire pincer par les gardiens. Ils n'allaient être au fait de ma présence que lorsque l'alarme se déclencherait à l'ouverture des portes de secours du RDC, au bas de la cage d'escalier.

Naissance du local Banana à 1,9g de fibres en moyenne par fruit. Il y a quelques années c'était 100%.

Les oiseaux de pierre de l’agora surveillent les plantes en pot. Un message s’y cache. Aucune trace, ni dans le catalogue des finissants, ni dans quelques site web révolutionnaire. soit par mystère ou simplement par paresse documentaire.

Disparition en septembre du coq au sommet du clocher de l’Église St-Jacques. L'UQÀM perd des plumes.

Au début, le café des arts, c'était un temple, mais le péristyle à casser.

On joue à cache-cache-seringue dans les distributeurs de papier cul. Se torcher devient désormais une question de vie ou de mort.

C'est alors qu'apparu le renard.
-Bonjour, dit le renard
-Bonjour, répondit poliment le petit peintre, qui se retourna mais ne vit rien.
-Je suis là, dit la voix, sur la colonne…
-Qui es-tu? dit le petit peintre. Tu es bien joli…
-Je suis une image, dit le renard
-Ah! fit le petit peintre. Comme celles au mur pour lesquelles la direction érige des palissades et installe ces caméras ?
Le renard se tut et regarda longtemps le petit peintre :
-S'il te plaît… apprivoise-moi ! dit-il. Ainsi, le service des immeubles et des équipements se gardera de me chasser.
-Je veux bien, répondit le petit peintre, mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.
-On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les artistes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les artistes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !
-Que faut-il faire ? dit le petit peintre
-Il faut être patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'atelier. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près…

Ses tattoos le précédait, comme décollés et mus par leurs propres volonté, devançant son corps de quelques mètres. Je veux dire comme s'ils se promènent seuls, sans personne pour les porter. Et moi qui croyait à un exercice de dessin hybride particulièrement réussi.

Consultez Elizabeth Reid, l'oracle des temps d’études.
Dans notre école de magie à nous, c’est la seule qui a un retourneur de temps. Elle s'en sacre des dates limites d'inscription.

Pour honorer l'ancienne vocation liturgique des lieux, l'UQÀM a décidé de construire une crypte. En commémorantion les saints-techniciens, trois reliques sacrées sont conservées au sous-sol : un mamelon d'argile, un pouce de bois et un postillon de métal.

Métal en streaming en métal.

La ventilation excessive dans les ateliers. Détrompez-vous, se n’est pas les bruits de digestion de l’Université. Même si vous avez l’impression de vous faire aspirer l’âme, de vous faire cuire les cellules du cerveau à force de bronzer aux néons, d'être complètement vidés après une journée d’atelier. Les corridors de l’UQÀM on beau avoir la même couleur et les mêmes plans architecturaux qu’un intestin grêle, l’Université ne vous mangera pas. Elle ne daignerais même pas vous inhaler (impossible de presser le bouton de la salle des aérosols assez longtemps pour te faire sniffer par les filtres). En fait, en ce qui à trait à la ventilation, il s’agit d’une conspiration introduite dans un plan directeur immobilier secret pro-économie du savoir, une manigance en faveur de l’éventuelle marchandisation des cours d’arts visuels, médiatiques. L’explication est bien simple. Le système de ventilation est un prototype du Skyventure de Laval dont le descriptif est le suivant: « Défier la loi de la gravité au premier simulateur de chute libre intérieur à air recirculé au Canada ».
S’entendre parler. Skyventure, prototype pour un pavillon délocalisé hors-campus à Laval. Noms de cours. Date de tombée: la visite du commissaire envol ou chute libre? Spatialité et apesanteur, une approche post-grativationnelle de la création.

En cas de blessure mineure, veuillez user de l'aloès médicinal près des appariteurs.

Le faux-fond du local de peinture près des escaliers a été inventé pour cacher les projets de courte-pointe pédophilique compromettant au yeux du vice-rectorat à la vie académique.

Ça fait combien de temps que poupouet@yahoo.fr fourni en tapisserie?

L’absence probante d’œuvre d’art dans notre École. L'abondance de vestiaire.

Après avoir installé leurs yeux partout, vont-ils mettre des oreilles aux murs ?

Le bleu uqamien devenu blanc dans l'escalier du café des arts.

La verrue de béton de l’escalier de moulage. Les dates concordent, le service des immeubles et équipements l’a répertorié. Nous pension au début à l’acné pubère après la pilosité des couilles à Christian. Kyste qui pousse sans cesse, un jour il bloquera l’accès, c’est pourquoi on l’a mis en cage (d’escalier), entre deux portes rouges comme pour une quarantaine. (autoportrait approprié de Christian Bujold qui voyant la ressemblance avec son propre appareillage reproductif les a adoptés comme bijoux de famille en y collant son patronyme)

Après le café, on allait à L'après-cours où y'a la COOP des arts maintenant. Un moment donné on tombe sur un party de psycho où on pouvait «gagner une fille» en faisant toute sorte de défi. Ouin, c'est ça … eurk. En tout cas, gros frette quand on s'est toutes mises à danser dans place sans musique. Le monde allait voir le barman pour nous mettre dehors. « Désolé, je peux rien faire, ce monde là sont ici tous les jours. » Ça fait qu'ils sont partis.

L'année où on a collé des mini-poster avec des bobettes dessus partout dans le centre-ville comme pour dire aux initiations de comm. d'aller se rhabiller.

C'est là qu'on voit que l'université c'est pas un endroit plus intelligent que les autres.

Avenir est la typographie des AG de grève.

Il faut se rappeler que l'alcool dans les classes, c'était normal. Ça buvait toute la journée, dans les cours du matin, personne était saoul par contre. Les cours commençaient, on entendait les bouteilles s'ouvrir et les cigarettes s'allumer. Le café pas encore tout à fais légal, fournissait d'ailleurs en alcool. Ils s'étaient fait dire qu'ils n'avaient pas le droit de vendre de la bière. «Okay, ben on peut en donner?». Ça fait qu'à ce moment là est arrivé une nouvelle promotion: « Achetez un toutou, obtenez une bière gratis ».

Quand la loi a passée comme quoi on n'avait pu le droit de fumer dans l'École, ça pas arrêté du jour au lendemain. Ça pas empêcher grand monde de s'allumer en dedans. Ça a changé graduellement. Les gardiens venaient se cacher dans le bureau à Paul pour continuer de fumer.

Tomber sur deux gars tous nus qui font de la lutte dans un atelier libre de peinture tard le soir. Le travail des appariteurs est parfois moins routinier qu'on le croit.